Médicaments: Demande si ça roule!

On pose la question avant de prendre le volant. De nombreux médicaments permettent à des personnes malades (p. ex. épilepsie, diabète) de conduire. Cependant, il existe en Suisse environ 3’500 médicaments qui altèrent l’aptitude à conduire. Et parmi ceux-ci, un grand nombre sont disponibles sans ordonnance.

Conseils de comportement

 

    Un doute?
Si tu n’es pas sûr-e qu’un médicament te permette de conduire, ne prends pas le volant.


    Demande d’abord conseil
Informe-toi auprès de ton pharmacien ou de ton médecin sur l’influence du médicament sur l’aptitude à conduire, et demande des préparations alternatives mieux adaptées aux conducteurs et conductrices.


    Informe-toi
Lis les emballages, ou informe-toi sur mymedi.ch et fragen-dann-fahren.ch.


    Attendre
Observe la manière dont tu réagis à un médicament avant de prendre le volant.


    Ne fais pas de mélanges
Informe-toi des interactions avec d’autres médicaments, et n’associe jamais les médicaments avec l’alcool ou les drogues.


    Descendre
Organise-toi pour être conduite – transports en commun, taxis ou amies... le principal, c’est qu’ils soient aptes à conduire.

 

Tu veux en savoir plus? Découvre-le!


Les effets des médicaments dans la circulation routière

 

Cette liste n’est pas exhaustive. L’association avec de l’alcool, d’autres médicaments ou substances peut également altérer ton aptitude à conduire. Renseigne-toi auprès d’un-e spécialiste et consulte la notice d’emballage.

 

    Douleurs
Les antidouleurs atténuent tes réactions et ton attention. Ils entraînent des vertiges, des sautes d’humeur et réduisent la capacité visuelle.


    Toux
De nombreux médicaments contre la toux contiennent de la codéine. La codéine est un composant de l’opium, et possède un effet d’atténuation et antidouleur.


    Grippe et rhume
Quand tu as une grippe, tu conduis comme si tu étais ivre. Ce qui est insidieux, c’est que les médicaments contre la grippe sont souvent associés à de la caféine ou d’autres substances stimulantes – ainsi, tu te sens en forme et tu perçois moins l’altération de ton aptitude à conduire.


    Sommeil et repos
Si tu es fatigué-e, tu dois aller te coucher. Les somnifères et les tranquillisants engourdissent le système nerveux central et ralentissent nettement les délais de réaction.


    Allergies
Tu souffres du rhume des foins? Les médicaments soulagent tes muqueuses nasales et oculaires larmoyantes et gonflées, mais ont des effets secondaires sédatifs. En pharmacie, demande des préparations adaptées à la conduite.


    Stimulants et coupe-faim
Les stimulants te permettent de te sentir en forme provisoirement, mais ont un effet désinhibiteur qui entraîne une surestimation de soi.


    Dépressions
Au début du traitement et en cas de modification de ce dernier, tu ne dois pas conduire, car des vertiges, des troubles de la vision et des difficultés de concentration peuvent survenir. Une fois la prise stabilisée, l’aptitude à la conduite sous antidépressifs modernes est meilleure qu’en l’absence d’un traitement.


    Psychoses
Les neuroleptiques entraînent, principalement lors des premiers jours de la prise, une certaine fatigue et un ralentissement des réactions. Ces effets secondaires peuvent être temporaires.


    Hypertension artérielle
Il est important de traiter une hypertension artérielle. Les médicaments n’altèrent généralement pas ton aptitude à conduire. Mais si tu commences le traitement ou que la posologie a été adaptée, ton aptitude à conduire peut être impactée.


    Diabète
Une hypoglycémie pendant la conduite altère fortement tes capacités de perception, et réduit ton aptitude à conduire. Une dose d’insuline peut permettre de rétablir l’aptitude à conduire. Les personnes diabétiques bien accommodées, qui connaissent parfaitement les signes d’une hypoglycémie, peuvent conduire.


    Détente musculaire
Les relaxants détendent les muscles, ce qui limite du même coup ta capacité de réaction. Attends que les effets se soient atténués, par exemple en prenant tes médicaments le soir.


    Yeux
Sois vigilant-e avec les gouttes pour les yeux destinées à dilater la pupille. Car pendant quelques heures, les yeux sont alors extrêmement sensibles à la lumière.

 

Tu es au courant? Teste tes connaissances!


Loi sur les médicaments au volant

 

    Contrôles
Si tu n’es pas apte à conduire sous l’effet de médicaments et que tu conduis dans cet état, tu commets une infraction grave. Cette dernière est établie par des observations de la police, des expertises médicales et des tests sanguins. Elle est sanctionnée par un retrait de permis d’au moins 3 mois.


    Valeurs limites
En ce qui concerne les médicaments, il n’existe pas de valeur limite définie. Cependant, ils ne peuvent pas avoir d’influence négative sur l’aptitude à conduire. La responsabilité individuelle s’applique. Tu dois évaluer toi-même si tu possèdes la capacité physique et mentale nécessaire pour conduire un véhicule en toute sécurité.


    Assurance réduit préstations
En cas d’accident causé par une négligence grave – comme les médicaments, les drogues et l’alcool au volant – les assurances ont l’obligation légale de diminuer les prestations. L’assurance responsabilité civile qui doit payer les prétentions du tiers, demande le remboursement d’une partie des coûts (recours). En cas de dommages causés à la personne, les réductions d’indemnités journalières et de rentes peuvent être mises en œuvre. Les coûts d’un accident impliquant des personnes blessées montent rapidement à plusieurs centaines de milliers de francs.

 

Tu veux tester tes amis? Commande notre quiz gratuit!